Marine Le Pen : quels soutiens pour quelle équipe de campagne ?

Il y a le slogan « Au nom du peuple ! » et les clips de campagne aux allures de bande annonce hollywoodienne. Il y a les appels au rassemblement et les nombreux meetings qui s’annoncent. Il y a des photos officielles et des « carnets d’espérance »… Mais surtout, il y a une « équipe de campagne », rassemblée autour d’un même parti et d’une même candidate : le Front National de Marine Le Pen. Mais derrière l’organigramme officiel du parti, d’autres réalités se cachent. Coup d’oeil a décrypté l’entourage politique de Marine Le Pen. 

LE CLIVAGE FLORIAN PHILIPPOT / MARION MARECHAL LE PEN

Sur son site officiel, le Front National met à disposition le descriptif complet de son équipe de campagne. Mais derrière ces noms, alignés à la suite comme s’ils partageaient tous les mêmes convictions, plusieurs différences doivent être soulignées. Et le principal clivage, au sein du parti, reste bien le désaccord entre Florian Philippot et Marion Maréchal Le Pen, ainsi que leurs soutiens respectifs.

Depuis plusieurs mois, Marion Maréchal Le Pen (la petite fille du fondateur du parti, Jean-Marie Le Pen), est entrée en conflit avec la ligne directrice du Front National. Supportée par de nombreux soutiens, elle revendique son appartenance à une droite conservatrice sur le plan des valeurs, et plutôt libérale sur le plan économique. Elle a notamment montré son désaccord avec le parti sur la question de l’IVG, comme avec sa proposition de « dérembourser » l’avortement, il y a quelques semaines.

Florian Philippot, lui, représente « le renouveau » du Front National. Symbole d’une nouvelle ouverture d’esprit, lui et ses soutiens rejettent le clivage droite-gauche, pour lui préférer un clivage entre patriotiques et mondialistes. Cependant, le vice-président à la stratégie et à la communication est loin de faire l’unanimité dans le parti. Dernière actualité en date ? Gilbert Collard, député du Gard et grande figure du Front National, voudrait « faire virer » Florian Philippot du parti.

DES ANCIENS MEGRETISTES A LA VIEILLE GARDE

Au sein du Front National, plusieurs membres n’ont pas toujours revendiqué leur appartenance au parti. C’est ainsi que l’on peut retrouver, au sein même de la direction de l’équipe de campagne, des anciens « mégretistes ». Ces derniers ont en fait appartenu au Mouvement National Républicain, parti d’extrême droite créé par Bruno Mégret en 1999. C’est ainsi le cas de Nicolas Bay, revenu au FN en 2008, puis élu secrétaire général du parti en 2014, ou encore de Philippe Olivier. Ce dernier, par ailleurs compagnon de Marie-Caroline Le Pen (soeur de Marine Le Pen), sera par exemple candidat aux législatives de 2017 dans le Pas-de-Calais. Pourtant, il est habitué aux changements politiques  : en 2015, il avait rejoint Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, et avait même été candidat sous cette étiquette lors des départementales de mars. Enfin, entre autres, Steeve Briois a appartenu au MNR de 1998 à 2001, pour finalement devenir vice-président du Front National en 2014.

Les soutiens de Marine Le Pen pour cette campagne 2017 sont également composés de ce que l’on appelle « la vieille garde », des membres de longue date du Front National. Parmi eux, Bruno Gollnisch, par exemple : figure du canal historique, il a notamment dirigé la campagne de Jean-Marie Le Pen en 2002.

DES MAIRES ET DES EURO-DEPUTES

Enfin, l’un des atouts pour Marine Le Pen lors de la campagne 2017 reste bel et bien la forte implantation de son parti. Lors des dernières élections municipales, en 2014, le Front National a pris la direction de 11 nouvelles villes. Ainsi, des maires très médiatiques font l’actualité du parti et incitent les électeurs à voter pour sa présidente : Robert Ménard (maire de Béziers et ancien président de Reporters sans frontières), David Rachline (maire de Fréjus) ou encore Stéphane Ravier (maire du 7e secteur de Marseille), en font ainsi partie.

Enfin, le Front National bénéficie d’un grand soutien au Parlement européen, où il compte plus de 20 euro-députés, rassemblés sous le groupe « Europe des Nations et des Libertés ».

Céline DELBECQUE et Juliette MARTINEZ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s