Christian Jacob dit-il vrai sur le bilan de François Hollande ?

 

capture-decran-2017-02-20-a-04-13-59
Christian Jacob, le 15 février 2017 sur RTL.

« STOP à la gauche ! » C’est le mot d’ordre de Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l’assemblée pour relancer la campagne de François Fillon. Invité sur RTL mercredi 15 février, le député de Seine-et-Marne, a essayé de contrer les attaques du journaliste sur la fragilité du candidat de son camp en réaffirmant l’image d’une alternance forte, marquée à droite face à des adversaires majoritairement de gauche. Pour donner du sens à son message, Christian Jacob s’en ai pris à plusieurs reprises au bilan de François Hollande. Retour sur la véracité de ces propos.

« On sort de cinq ans de gauche avec … »

1- « 80 milliards d’impôts supplémentaires »

C’est en fait plus …

En énonçant ce chiffre, Christian Jacob s’appuie peut-être sur les estimations du député les Républicains Jérôme Chartier, qui a chiffré, dans un rapport qu’il a remis à l’UMP en 2015, à 80 milliards d’euros en net la hausse des prélèvements sur les ménages français depuis mai 2012. L’élu du Val-d’Oise avait alors recensé 11,4 milliards de baisses d’impôts, taxes et prélèvements contre des hausses d’un total de 92,3 milliards. Il avait également estimé une augmentation de 10 milliards d’euros de taxes faites aux entreprises, soit un total de 90,3 milliards d’euros, un montant bien supérieur aux 30 milliards d’euros reconnus par Bercy à l’époque.

Le député a comptabilisé 103 augmentations ou créations de taxes et 48 baisses ou suppressions. Parmi ces hausses étaient comptabilisées la suppression des allègements sociaux attachés aux heures supplémentaires (+10 milliards) et la hausse des taux de TVA (+ 16,1 milliards). Mais sa méthode de calcul est à préciser, dans une interview donnée au Figaro en 2015, il parle d’« impact réel sur l’économie », en répercutant l’impact des taxes supplémentaires sur les années suivantes.

Ce chiffre contesté à l’époque par le gouvernement et estimé exagéré, a fini par être atteint. Dans un rapport parlementaire réalisé par la commission des finances de l’Assemblée mais prenant en compte les augmentations fiscales de 2017 (ce qui n’était pas le cas du rapport du député LR), année ou pour la première fois, ménages et entreprises paieront 1 009,6 milliards de prélèvement fiscaux. En 2012, les prélèvements obligatoires s’élevaient à 914,7 milliards d’euros. Cela revient selon le rapport à un total d’environ 95 milliards d’euros d’augmentation, soit le même montant… qu’à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Evolution des prélèvements obligatoires en France 

capture-decran-2017-02-23-a-16-45-39

Source : INSEE pour les années 2008 à 2014 ; données gouvernementales pour les années 2015 et 2016 et 2017.

2 – « Un million de chômeurs en plus »

A relativiser.

Pour arriver au chiffre de 1 million de chômeurs supplémentaire depuis le quinquennat de François Hollande, Christian Jacob additionne les trois catégories A, B et C de Pôle Emploi.

Un chiffrage qui n’est donc pas tout à fait faux, mais qui est à relativiser : traditionnellement, pour parler du chômage on ne tient compte que de la catégorie A qui comptabilise les demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé dans le moins qui a précédé.

Le bilan de François Hollande est alors de 550 000 chômeurs de catégorie A supplémentaires. En additionnant les trois catégories A, B et C, le nombre de demandeurs d’emplois supplémentaires depuis mai 2012 s’élève à un peu plus de 1,1 million, portant le total de 4 347 100 personnes à 5 475 700 d’après les chiffres de Pôle Emploi de décembre 2016.

3- « Un jeune sur quatre ne trouve pas de boulot »

C’est faux.

Au quatrième semestre 2016, il est vrai que l’Insee a estimé le taux de chômage chez les 15/24 ans à 23,1 %. Seulement ce chiffre ne concerne que les jeunes actifs et non pas toute cette tranche d’âge composée également de lycéens, d’étudiants, de stagiaires ou encore d’apprentis, un chiffre à « manipuler avec précaution » comme le rappelle Eric Heyer, économiste à l’OFCE, dans un article du monde.

Si la France compte un peu moins de huit millions de jeunes qui ont entre 15 et 24 ans seul 657 000 jeunes sont déclarés au chômage selon l’Insee, ce qui représente alors un jeune sur dix aujourd’hui en France et non pas un jeune sur quatre comme l’affirme Christian Jacob.

4- « Une balance du commerce extérieur qui part à la dérive »

C’est faux.

Certes, la balance commerciale de la France est déficitaire ; son déficit cumulé est de -48,1 milliards d’euros sur l’année 2016 selon les chiffres du ministère des Finances. Pas de quoi dire cependant qu’elle « part à la dérive » pour reprendre l’expression de M.Jacob. Son solde est, en effet, négatif depuis le début des années 2000. Au contraire même, ce déficit s’est réduit sous le quinquennat de François Hollande, il était de -74,5 milliards d’euros en 2011 sous Nicolas Sarkozy.

Un déficit qui s’était d’ailleurs creusé au cours du quinquennat Sarkozy (+ 18 milliards de déficit entre 2008 et 2011), dans un contexte défavorable avec la hausse des prix du pétrole à partir de 2007 et la crise financière mondiale de 2008.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s